jeudi 30 avril 2009

Quelle est cette poupée Barbie?

Carla a débarqué en Espagne comme si elle allait au Festival de Cannes, hyper maquillée, hyper brushée.
Visiblement elle suit son mari comme dans un film et la mise en scène est de taille : je minaude, je minaude, je minaude! un peu plus de naturel ne gâcherait rien, but the show must go on!!!
Pour la petite histoire, elle était habillée Alaïa comme Michèle Obama à sa descente de l'avion, Alaïa qui revient donc en force parmi les premières dames!

mardi 28 avril 2009

la Force de l'Art au Grand Palais

En ce moment, au Grand Palais, l'activité est optimum avec des files d'attente pour rentrer voir WarhoL et T.A.G. Pour la nouvelle exposition de la semaine, " LA FORCE DE L'ART", pas de problème. Si l'on va à une expo les premiers jours, on a de fortes chances de la voir dans de très bonnes conditions. Ce fut le cas aujourd'hui.
La première édition de la force de l'art avait eu lieu il y a trois ans. C'était assez confus mais intéressant.
L'idée est d'offrir une scène à la création contemporaine. Les œuvres ont été choisies pour leur puissance expressive, chacune témoignant de l'itinéraire prospectif d'un artiste contemporain, de ses engagements et de ses choix esthétiques. Il n'y a pas de thématique bien que ressortent certaines idées fortes comme l'effondrement mondial et la littérature (assez drôle comme retour aux sources !).
Ce qui m'a frappée est la technicité dont font preuve tous ces artistes.
La vraie bonne idée de l'expo est la présence de médiateurs culturels. Ils sont là pour nous accueillir et nous expliquer les œuvres tout en étant ouvert au dialogue avec les visiteurs sur leur ressenti. C'est vraiment un échange très intéressant car même si la signalétique est bonne, il y a quand même 36 œuvres à découvrir .
Si vous y allez, n'hésitez pas à demander à ce qu'ils vous accompagnent dans "la géologie blanche". C'est le nom de l'espace aménagé dans la nef du grand palais, entièrement blanc, entre village et paysage. Réussi !
Pour ceux qui pensent que la France est en déclin
culturel, soyons rassurés, cette Force de l'art par sa force justement, en donne un cinglant démenti tellement l'énergie créative des jeunes artistes français nous enthousiasme.
J'ai particulièrement aimé Didier Marcel qui a fait des tableaux avec des parcelles de champs labourés, spectaculaire!













Fayçal Baghriche, un travail sur les drapeaux et un globe terrestre,
le gentil garçon et son univers onirique de neige et de bonhomme de neige,





la structure miroir de Bruno Peinadol.




..et
tous les autres aussi intéressants dans leur démarche artistique.
Un petit regret, très peu d'artistes femmes, la polémique est lancée dans le Monde
un bon résumé sur le blog de Florence Müller, Fashion eyes , spécialiste et historienne de Mode (il devient difficile de parler de Mode tellement il y a de choses passionnantes dans l'univers de l'art en ce moment).
La Force de l’Art. Grand Palais. Paris. Jusqu’au 1er Juin 2009. Entrée 6 euros.
Les photos sont de Chantal A que je remercie vivement pour leur originalité et pour cette visite partagée.

dimanche 26 avril 2009

pour CHERI

Le nouveau film de Stephen Frears (réalisateur de l'excellent 'the Queen") semble bénéficier d'un bouche-à-oreille qui joue en sa
faveur.
Michele Pfeiffer y est éblouissante de beauté et joue divinement le rôle de l'initiatrice qui tombe amoureuse de son "CHERI" (et réciproquement).

Les robes, les déshabillés, les tailleurs, les manteaux, les chapeaux, les jetés de lit, quel raffinement !

vendredi 24 avril 2009

Un bijou d'expo au Musée des Arts Déco


Bijoux art déco et avant-garde
Jean Després et les bijoutiers modernes
Les bijoux, j'aime.
Le mouvement des arts décoratifs me passionne.
C'est une période foisonnante dans tous les domaines en France, en Europe, aux États Unis (photo: le Chrysler Building à New York, symbole de cette période) de 1920 à 1939.



Sous la belle nef du musée des Arts Décoratif, rue de rivoli, devant le Louvre, à Paris, se tient une passionnante exposition rendant hommage à la créativité des bijoutiers de cette période et en particulier à Jean Després, qualifié d'orfèvre bijoutier.

Fortement marqué par la guerre de 14-18 où il exerça la fonction de dessinateur de pièces de moteur, il s'en inspira pour ses premières œuvres exposées au salon d'automne de 1928. On évoque des "bijoux moteurs".

Produisant ses pièces à Avallon dans l'Yonne (où il y a un musée à son nom auquel il a légué ses œuvres), il vient régulièrement à Paris où il fréquente ceux qui ont marqué cette période, Modigliani, Picasso, De Chirico (exposé en ce moment au Musée d'Art Moderne) et surtout Braque.

Bagues, bouchons de manchette, vases en étain, bracelets et surtout broches nous enchantent par leur créativité et leur rigoureuse beauté.Les œuvres des autres bijoutiers sont tout aussi intéressantes, en particulier celle de Jean Fouquet avec ce magnifique bracelet avec des Jade.

J'ai été aussi, pour la petite histoire, intriguée par la longévité de ces artistes :
Jean Fouquet (1899-1984) 85 ans
Georges Fouquet (1862-1957) 95 ans
Jean Després (1889-1980) 91 ans
Gérard Sandoz (1902-1995) 93 ans
Suzanne Belperron (1900-1983) 83 ans
et Charlotte Perriand, la célèbre architecte qui a travaillé avec Le Corbusier dont on admire un collier roulement à billes (1903-1999) 96 ans

Créez, cela permet de rester jeune et les autres se régaleront à admirer vos œuvres!!!

du 19 mars 2009 au 12 juillet 2009
Les Arts Décoratifs - Nef 107 rue de Rivoli 75001 Paris Prix : 8 euros, réduit : 6.5 euros Métro : Palais-Royal, Pyramides ou Tuileries Autobus : 21, 27, 39, 48, 68, 69, 72, 81, 95

jeudi 23 avril 2009

De la Côte d'Azur à la Côte Basque,

Les Superga Blanches

L'information est arrivée de Manon from Nice "un achat à faire pour le Printemps ? des Supergas mais blanches... soyons sobres! " (12 ans et déjà un sens très aigu de la mode)
Elle s'est confirmée lors d'un séjour au Pays Basque, toutes les boutiques de fringues branchées vendaient des Supergas.
Alors lorsque j'ai vu "soldes sur les Supergas" à mon retour, dans ma rue, je n'ai pas hésité(38 euros au lieu de 60, quand même!)
J'avais repéré les Camel et coup de chance, il restait ma taille.
Peu de temps après, très fière avec mon paquet, je prends l'apéro avec Mélanie, Olivia et Bénédicte à qui je montre mon achat "oui, pour les Supergas mais BLANCHES"
Bravo, Manon!!

mercredi 22 avril 2009

COCO-Audrey et les midinettes



Bien entendu, je ne vais pas manquer de vous parler du film sur Coco Chanel d'Anne Fontaine. Je trouve intéressant ce que dit Audrey Tautou lors des interviews. Qu'à travers le tournage de ce film, elle a pris conscience de la condition de la femme au début du XX ième siècle et en particulier de celles qui, de par leur naissance avaient leur destin pré-déterminé et peu enviable dans un univers dominé par les hommes et les conventions sociales.
Comme beaucoup de personnes ont aimé le texte que j'avais mis en mars sur les Midinettes qui étaient aussi des couturières, je vous le propose à nouveau, en version allégée pour les nouveaux rentrants!!!!
"Le terme MIDINETTE apparaît à la fin du XIXe siècle. Il se compose de midi et de dinette car il fut donné aux jeunes ouvrières parisiennes de la mode qui, à midi, se contentaient d'un repas sommaire.
En 1917, ces femmes allaient se révolter et animer un conflit social populaire et exemplaire.
"Elles courent, elles sautent, elles chantent, elles rient : les midinettes sont dans la rue... Elles refusent le chômage obligatoire d'une demi-journée, le samedi, imposé par les patrons de la couture. Leurs revendications ? La «semaine anglaise» intégralement compensée et une prime de vie chère.
En pleine guerre, la grève s'étend.
Les femmes salariées, qui remplacent de plus en plus les hommes mobilisés au front refusent l'exploitation et réclament la paix.
Des centaines de jeunes femmes, les midinettes, parcourent les rues de la capitale en chantant:
« On s'en fout,
On aura la semaine anglaise
On s'en fout,
On aura les vingt sous... »

Le conflit a démarré au mois de mai quand le patronat de la couture a voulu imposer une semaine anglaise, à sa convenance, c'est-à-dire un congé du samedi après-midi non payé. En réalité, un chômage obligatoire alors que le coût de la vie ne cesse de grimper. Au départ, les grévistes se comptent... elles sont deux cents cinquante ! Elles mettent au point leurs revendications : la semaine anglaise, une vraie, c'est-à-dire intégralement compensée et une indemnité de vie chère de 1 franc pour les ouvrières et de 0,50 franc pour les apprenties.
Face à ces demandes, le patronat n'offre qu'une augmentation dérisoire et l'installation d'un réfectoire ! C'est loin du compte et les grévistes, réunies à la Bourse du travail, décident de continuer la lutte. Le lundi, elles reçoivent le renfort des cinq cents ouvrières de la maison Cheruit, place Vendôme. Le mardi, elles sont deux mille en grève. Paris s'étonne, puis s'enthousiasme. Et la grève s'étend. De trois mille, le mercredi 16 mai, elles seront dix mille à la fin de la semaine. On voit les cochers de fiacre et les chauffeurs de taxi faire monter les grévistes pour les emmener à « la Grange aux Belles », le siège de la CGT.
Les patrons finissent par accepter leur revendication.

Le mouvement gagne les usines d'armement qui faute de main-d'oeuvre masculine, ont été conduites à embaucher nombre de «munitionnettes» . Le 3 juin, la presse annonce « Grève aux usines Citroën », mais la censure caviarde les articles. C'est que l'affaire devient autrement inquiétante pour le pouvoir car le mouvement n'épargne pas la province qui va compter bientôt 11 000 grévistes. À la poudrerie de Saint-Médard, en Gironde, 2 500 ouvrières arrêtent le travail. Pour la seule année 1917, les statistiques officielles relèveront 700 conflits, 300 000 grévistes, 565 succès ou accords collectifs."

Le texte complet sur mon post du 7 mars

samedi 18 avril 2009

Pour patienter !!!


Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke
(extrait de la lettre de Rome, le 14 mai 1904)

Aimer c'est chose bonne aussi, car l'amour est difficile. L'amour qui lie un être humain à un autre : c'est là peut-être ce qui nous fut imposé de plus difficile, la tâche suprême, l'épreuve finale, le travail dont tout autre travail n'est qu'une préparation. C'est pourquoi les jeunes gens ne peuvent aimer, eux, les débutants en toute chose : ils doivent l'apprendre. De tout leur être, de toutes leurs forces, rassemblés autour de leur cœur solitaire, angoissé, et qui bat d'une haute attente, ils doivent apprendre à aimer. Mais un apprentissage est toujours une longue période close ; ainsi l'amour pour celui qui aime, demeure longtemps et jusque bien avant dans la vie, une solitude, un esseulement plus intense et plus profond. Aimer, ce n'est rien tout d'abord de ce qui s'appelle s'épanouir, s'abandonner et s'unir à un autre être (que serait donc une union du confus et de l'inachevé _ et dépendant encore ?). C'est pour l'individu une noble invite à mûrir, à devenir quelque chose en soi, à devenir un monde, à devenir soi-même un monde pour l'amour et le profit d'un autre ; c'est une haute exigence impérieuse, quelque chose qui en fait un élu et l'appelle à de vastes desseins. Un devoir : travailler à soi-même, "prêter l'oreille et brandir le marteau jour et nuit", voilà l'unique sens que devrait revêtir aux yeux des jeunes gens l'amour qui leur est donné. La confidence, ni l'abandon, ni aucune des formes du commerce amoureux ne sont pour eux _ qui en ont pour longtemps encore à épargner, à rassembler. Elles sont à l'étape finale ; elles sont cela peut-être à quoi les vies humaines, aujourd'hui encore, peuvent à peine parvenir.

jeudi 16 avril 2009

un petit air de vacances

Minorque et les "minorquines"

"Je suis une des îles d'une mer magnifiquement célébrée par Fernand Braudel. Mon pays, sous le joug de la dictature m'a tenue à l'écart du progrès sans doute parce que je n'avais pas fait allégeance.
Mes sœurs sont beaucoup plus connues que moi du fait de l'invasion des touristes plutôt vieux ou plutôt jeunes!!!"

JE SUIS Minorque (Menorca) aux Baléares.
Cette île, je l'ai faite à pied, sac à dos, camping sauvage, puis en bateau, dans ses criques exceptionnelles. La plage ci-contre est l'un de mes lieux préférés in the world!

Si je vous parle aujourd'hui de Minorque, c'est pour les "minorquines" localement appelées avarca.

L'avarca était une chaussure portée par la population rurale de Menorca, composée essentiellement de pastors (bergers) et de missatgers (ouvriers agricoles). La semelle est en caoutchouc, l'empeigne de cuir, ouverte au bout, et une lanière maintient le talon.

Jadis, la semelle était faite avec de vieux pneus et le reste de la sandale avec du cuir de porc ou de vache avec les poils sur le dessus. Elles étaient bien entendu très rustiques et n'existaient que dans la couleur d'origine du cuir.

Aujourd'hui, elles sont fabriquées dans toutes les couleurs et dans différents modèles, et bien qu'en général, elles soient en cuir de vache, on en trouve en toile, en alfa ou en tresse de raphia. Elle suivent même une mode qui change à chaque saison; cette année ce sont les dessins qui comptent, l'année dernière, c'étaient les impressions.
On dit que seules celles qui viennent de Menorca tiennent le talon avec la précision absolue nécessaire.

Aux Baléares, tout le monde porte durant l'été ces chaussures. Impossible d'en trouver en France sinon des vagues copies qui n'ont rien à voir avec la version minorquine.

Pourquoi sommes-nous envahis de ces chaussures immondes appelées Crocs et comment se fait-il que personne n'ait eu l'idée d'importer les avarcas ?

Je lance un appel, les miennes sont complètement usées!!!


mardi 14 avril 2009

en direct de l'Aveyron


l'Aubrac et l'aligot






La semaine dernière, quartier de la Gaité, derrière Montparnasse. Pas d'idée de restaurant. Entre les sex shops et les petits théâtres qui font le "charme" de la rue de la Gaité, nous entrons au Plomb du Cantal. Ce restaurant-brasserie n'est pas terrible mais cela m'a donné l'idée de vous soumettre ma recette de l'aligot recommandée par l'Auvergnat de la rue Cambronne.
Pour 4 personnes, 1 kg de pommes de terre bintje les plus vieilles possible!!
500 g de tomme fraîche (d'après lui entre le 4 ème et le 8 ème jour)
1 petit pot de crème fraîche
de l'ail, de l'ail, de l'ail, sel, poivre
Normalement on compte 100 gr de tome par personne mais ce plat a tellement de succès que j'augmente toujours les proportions. Faites cuire les pommes de terre comme pour une purée en remplaçant le lait par la crème fraîche (et surtout pas celle des super marchés une vraie crème fraîche!) sel, poivre puis l'ail pilé (j'en mets 4/5 gousses) et trouvez un athlète pour tourner avec une cuillère en bois sans arrêt la purée maintenue au chaud pendant que vous introduisez la tome coupée en morceaux. Dés que cela file, on sert l'aligot que je coupe avec des ciseaux au fur et à mesure pour le fun.
Cela m'a rappelé des vacances en Aubrac, allez y faire de la rando c'est une région d'une beauté inouïe, pendant une semaine de marche plus qu'intensive j'ai réussi à prendre 2 kilos, merci l'aligot!!!

merci à Frédéric pour les photos, souvenir de notre périple et d'une profonde amitié, son site

vendredi 10 avril 2009

jeudi 9 avril 2009

dans le Marais, CULOTTE



Dans une des jolies rues du Marais où j'ai rêvé habiter, la rue Malher, il y a la boutique Culotte.
Je l'ai découverte grâce à une bloggeuse et depuis j'y passe dés que je suis dans ce quartier c'est-à-dire souvent. Pour ceux qui commenceraient à fantasmer, le nom n'a que peu à voir avec les articles que l'on trouve à l'intérieur. Je ne sais pas d'où sortent les bijoux et autres petits "bazars" mais c'est toujours raffiné et rigolo. Ce sont sans doute des breloques trouvées aux Puces mais joliment recyclées. Quelques pièces de créateurs de la marque Poids net (?) et des sacs à main en cuir, chers : c'est d'ailleurs une tendance lourde dans de nombreuses boutiques de vendre des sacs à main chers à coté d'articles très abordables.

Toute proche est la boutique COS dont je vous ai parlée lors de son ouverture. Samedi, c'était tout simplement de la folie : une marée humaine déambulait entre rez de chaussée et étage, beaucoup de couples trentenaires auxquels le style de COS "minimaliste chic" correspond.

CULOTTE 7 rue Malher 75004 Paris
COS 4 rue des rosiers 750004 Paris

mardi 7 avril 2009

Michelle, le savait-elle?



Elégance et classe = Alaïa



Cathy Horyn, la journaliste mode du New York Times explique que Michelle Obama a brisé la tradition des first ladies américaines en n'étant pas exclusivement habillée « made in America » lors de sa visite en Europe.

« Elle avait une robe sans manche, aux genoux, réalisée par le légendaire parisien Azzedine Alaïa. Joint par téléphone, celui-ci nous a dit que la robe a été vendue par la boutique Ikram de Chicago qui fournit la plupart des vêtements et des accessoires de Madame Obama. Le couturier a d'ailleurs découvert sur Internet Michelle et sa robe».

"Il était une époque où Alaïa était partout". Quelle est actuellement la notoriété de ce couturier adulé dans les années 80?

Sa vie a contribué à sa légende. Né en Tunisie (1940), de parents agriculteurs, il suit des cours de sculpture aux Beaux Arts dans sa région. Sa soeur lui apprend à coudre pour trouver un emploi. Il s'installe à Paris en 1957 et travaille dans différentes maisons puis lance sa griffe. Adulé par le milieu de la mode, il présente ses collections à sa guise. Installé dans le Marais, il reçoit ses riches clientes comme à la maison. En 2000, il s'associe à Prada en même temps qu'une exposition reconnaît son immense talent au Musée Guggenheim (actuellement, sa société a un partenariat avec le groupe de luxe Richemont).

On a toutes rêvé de posséder une robe Alaïa mais avant tout d'avoir le corps qui mettrait en valeur ces créations « très seconde peau »
Ayant travaillé le Noir sous toutes ses coutures, ses coupes et son sens du détail étaient légendaires autant que son amitié avec les mannequins.

A ce sujet, je lance un débat. Farida Khelfa fut sa muse et travailla ensuite avec lui. Or Farida, est une amie très proche de Carla S, témoin à son mariage avec Nicolas S.

Michelle, le saviez-vous lorsque vous avez choisi votre robe, joli clin d'oeil à celle qui ne porte maintenant que du Dior « princesse » pour les occasions officielles.

Si quelqu'un a l'info, m'envoyer un mail!!


Galerie Azzedine Alaïa 18, rue de la Verrerie 75004 , souvent expos Design


lundi 6 avril 2009

souvenirs, souvenirs

le blog et le cahier
Pour vous remercier de venir si nombreux sur mon blog récemment créé et pour fêter
1000 consultations au compteur,
j'offre aux 10 premières personnes qui envoient leur adresse à : modessentielle@free.fr, un exemplaire du cahier ci-dessus. Un vrai cahier d'avant pour fêter le "cahier nouvelle génération", le blog.

Un peu de vintage!







merci à la cadurcienne de m'avoir envoyé ces souvenirs!!!!





vendredi 3 avril 2009

ne pas tout croire sur Internet

Journée sans achats ? un canular

Je reçois pas mal de mails pour faire de demain le samedi 4 avril une journée sans achats, je ne comprends pas très bien la finalité du message car la liste des produits à ne pas acheter est assez étrange. C'est toute l'année qu'à Paris, je n'achète ni essence, ni gasoil, je ne risque pas d'être verbalisée ne me déplaçant qu'en transport en commun et je ne mets quasiment jamais les pieds dans "la grande distribution". Que reste-t-il? Les lieux où l'on vend tabac et jeux de hasard n'ont jamais ma visite non plus, peut être l'alcool mais j'ai fait provision du vin de Catherine la semaine dernière.
En faisant des recherches pour vous donner le lien de ce mail sur Internet, je lis que c'est un canular, que la journée sans achat existe mais en novembre(Internet est un sacré terrain de manipulation). Alors pétrie de bonnes intentions je me cherche une "oeuvre" à accomplir, je vais faire de ce week end, le week end "j'irai dormir chez vous"( titre d'une émission de France 5). Je me délocalise dans Paris pour vivre la vie de différents quartiers et avoir l'impression d'être en vacances dans la plus belle ville du monde!!!!!!!!!!avec ou sans achats mais surement de bonnes adresses pour la semaine prochaine.



mercredi 1 avril 2009

où sont les femmes ?


Ce matin, la litanie continue : les millions d'euros volent et....toujours aucun nom de femme dans la liste.

Mais où sont les femmes?


  • Quoi ? Pas de parachutes dorés pour se dorer la pilule jour et nuit dans tous les instituts de beauté et de remise en forme de la planète.
  • Quoi ? Pas de retraites chapeau pour se la filer douce dans quelque paradis mais fiscal
  • Quoi ? Pas de stock options pour dévaliser toutes les boutiques de luxe, enfin finies les soldes et autres visites de stocks
  • Quoi ? Pas de femme parmi les dirigeants du CAC40 ou des banques pour ouvrir des lignes de crédit avec "dépenses à volonté"
  • Quoi ? aucune jéromette pour faire subir des pertes abyssales à sa société de bourse, aucune femme congédiée par son conseil de surveillance
Vous n'y pensez pas, on reste entre soi et cela ne va pas changer d'ailleurs pourquoi cela changerait. Tout cela est le fruit d'une dérive collective qui s'est amplifiée ces dernières années avec la montée en puissance du bling bling. Curieusement quand on tenait ce genre de discours auprès de ceux qui sont plus proches du Smicard que de ces gens-là (soit sans doute 90% des français) on passait pour une dangereuse gauchiste!!! Il était de bon ton de critiquer tous les bénéficiaires des minimas sociaux qui eux ne voulaient pas travailler et de s'extasier devant les "grands patrons et autres dirigeants assimilés".
Le SMIC annuel est de 16 000 euros, le salaire annuel "moyen" du patron de Danone, 4.28 millions, l'Oréal, 3.44, Suez, 3.17 sans les bonus et autres avantages (source ; Challenges)

Le patron de l'Oréal vaut-il 220 fois le même être humain mais ouvrier ou vendeuse???

Que font ces hommes de tout cet argent, perdent-ils leur vie (leur âme) en la gagnant car il n'y a pas de mystère c'est le principe des vases communicants si vous avez beaucoup c'est toujours au détriment de ceux qui ont moins voire pas du tout.

Alors dégageons nous de tout cela, créons une société parallèle et cooptons tous les hommes, et ils sont nombreux qui ont les mêmes valeurs que nous et tous ensemble que la vie nous soit douce!