mercredi 27 avril 2011

LE PAYSAGE A ROME

Nature et idéal : le paysage à Rome, 1600-1650

Comme vous vous en êtes sans doute rendu compte si vous suivez ce blog, je suis plutôt branchée art contemporain mais nous voulions faire une expo un lundi avec l'un de mes amis, le choix est réduit en ce jour de fermeture de pas mal de musées.
Donc direction le Grand Palais pour l'expo sur le Paysage à Rome.
La foule ne s'y bouscule pas et où l'on peut admirer à loisir les tableaux surtout lorsque comme ce fut le cas, on est accompagné par un fin connaisseur de "peintures classiques" qui vous fait découvrir mille et une approches d'un tableau.
A cette occasion j'ai découvert la peinture de Nicolas Poussin dont j'avais du allégrement zapper les expos qui lui furent consacrées.
Dans tous les tableaux de cette première partie du 17 ème siècle, j'étais fascinée par la couleur des étoffes, du jaune safran, du bleu, du rouge, de l'orange, couleurs qui parait-il étaient de référence pour chaque personnage biblique ou mythique.

Elles explosent dans ce tableau du Louvre de Poussin "bacchanale à la joueuse de guitare" peint vers 1627-1630 (excusez le flou de ma photo!) et dans beaucoup d'autres où elles égayent des paysages souvent sombres.
Si vous allez voir cette expo, prenez votre temps pour" disséquer" chaque œuvre et voir tous les plans de lecture qu'elle propose.
Nature et idéal : le paysage à Rome, 1600 – 1650 au Grand Palais jusqu’au 6 juin 2011.

samedi 23 avril 2011

CONRAN SHOP

Sacs en cuir

Totalement dans la tendance cuir brut un brin baba, ce sac chez Conran Shop rue du Bac dans un beau cuir pour 120 euros...

jeudi 21 avril 2011

Paris, le rêve

Ressortir une veste Bazar de Christian Lacroix tellement fluo que pas portée depuis la dernière vague de Color, se balader dans un Paris écrasé de soleil, s'arrêter pour acheter une brioche farcie de crème pâtissière à la Pâtisserie des rêves : petits bonheurs


mardi 19 avril 2011

Anniel

Elle voit des Anniel partout.


Quand je vous ai parlé ici de cette marque italienne, elle était encore peu connue en France. Ce printemps pas une boutique qui se dit "à la mode" n'a son assortiment d'Anniel.
Il faut dire qu'elles sont particulièrement réussies, un seul bémol, elles sont vraiment extra-plates...
Celles-ci sont dans une boutique de fringues et acessoires dont j'aime la sélection au 64 rue du Bac chez Lou Lou.

samedi 16 avril 2011

Charlotte Perriand (1903-1999) au BM et au Petit Palais

"le vide est tout puissant car il peut tout contenir"

Ça, CE SONT DES CRÉATIONS DE CHARLOTTE (le Bon Marché, 2ème étage)

Grande admiratrice de Charlotte Perriand, je suis contente de la voir mise à l'honneur un peu partout.
Dommage que de son vivant alors qu'elle est décédée à 96 ans en 1999, à part quelques initiés par les revues d'architecture et de design, elle était peu connue (une expo chouette à Beaubourg en 2006).
Donc, en ce printemps 2011, on la retrouve au Bon Marché et au Petit Palais.

Charlotte Perriand était architecte et l'une des figures majeures du design moderne, à ce titre elle est la co-créatrice de meubles mythiques dont la fameuse chaise longue communément attribué à le Corbusier mais co-réalisé à trois avec Pierre Jeanneret.


Commençons par le Bon Marché : Charlotte a vécu au Japon et fut profondément influencée par cette façon de vivre. Cela on le retrouve dans son travail.

Le Bon Marché a reconstitué au 2 ème étage la maison de thé qu'elle avait réalisée pour l'UNESCO dans ses jardins à Paris en 1993.
Je vous recommande d'y passer c'est très intéressant avec possibilité de prendre un thé suivant le rituel d'un grand maître japonais.

Puis direction le Petit Palais avec une grande salle mettant en parallèle ses réalisations architecturales et ses meubles avec, grande découverte, ses photos.
"De la photographie au design jusqu'au 18 septembre"

On y admire aussi quelques bijoux dont un collier roulement à billes

Idée astucieuse, des meubles de C Perriand sont répartis dans tout le musée permettant de confronter modernisme et tradition.
Il faut dire qu'on est assez bluffé par ses réalisations souvent pour son usage qui sont d'une totale modernité.
Puis pour clôturer agréablement le périple, prendre une collation dans surement le plus bel endroit de Paris du moment le jardin du Petit Palais, une tuerie de calme, beauté en plein cœur de la ville.

jeudi 14 avril 2011

Mes nouveaux voisins

Ils se sont installés il y a une quinzaine de jours et on fait leur nid devant ma fenêtre.

En l'espace d'une semaine celui-ci s'est entouré de feuilles vertes des platanes annonçant déjà le printemps...

mercredi 13 avril 2011

Blais, assemblée, métro et fluo

La station de métro "Assemblée Nationale" change régulièrement de look. En effet l'artiste Jean Charles BLais "anime" par ses panneaux de couleur depuis quelques années celle-ci.
Depuis ce début de semaine, là voilà donc passée à la mode FLUO de ce printemps, jaune et rouge sinon rien...

lundi 11 avril 2011

leslie ferre

Maisons de mode à Roubaix
A Roubaix, à coté de la Piscine, musée dont je vous parlais ici, il y a Maisons de Mode.
Un immense espace où des créateurs ont des stands.

J'ai flashé sur celui de Leslie Ferre, qui a suivi des études de stylisme et design textile à l'institut supérieur des arts appliqués (LISAA) de Paris,

et son univers raffiné...

Dans le cadre d'une collaboration avec Saint James, elle a réalisé des tricots au look intemporel superbes.Sur son site, vous pouvez aussi voir son travail sur les dessins de l’Atelier Zina de Plagny

samedi 9 avril 2011

Pages après Pages

Beaucoup rêvent d'ouvrir une librairie, quelques uns seulement réalisent leur rêve. C'est le cas d'Anne qui, épaulée par son mari Bertrand, vient d'en ouvrir une dans le 17 ième, rue des dames.

L'inauguration a eu lieu un jeudi dans une ambiance plus que conviviale. Des soirées thématiques sont prévues ainsi que des lectures pour les enfants pour lesquels un rayon très fourni occupe un coin de la librairie.








rien que le slogan "travailler moins pour lire plus" derrière les enfants d'Anne laisse augurer les meilleures ondes sur ce lieu.

jeudi 7 avril 2011

JAN DE VLIEGHER

Mon coup de cœur à ART PARIS
Après avoir parcouru les allées de cette "foire" qui est dans la lignée de la FIAC, j'étais un peu dépitée. Les tableaux qui m'avaient attirée sont ceux d'artistes reconnus et consacrés dont j'aime le travail mais pas de surprise


Philippe Cognée
Carole Benzaken

et puis au bout d'une allée la galerie Veniceprojects et cet immense tableau avec son jaune flashy vers lequel beaucoup était attiré.

Paola,très sympa, m'a présenté le travail de Jan de Vliegher qu'elle adore aussi pour ce qu'il est dans la vie.
Belge, il vit à Bruges où il a son atelier. Il aime représenter des lieux chargés d'histoire,
cela peut être aussi comme pour l'une des ses précédentes expos, l'intérieur de la Hofburg à Vienne.
On imagine lorsque l'on voit comment il a peint ces services à thé et ces céramiques, la minutie avec laquelle il procède.


Venise bien sûr...
Âgé d'une quarantaine d'années, Jan de Vliegher a une démarche humaniste et spirituelle, ce que je pense avoir ressenti à travers ses œuvres.

L'autre flash a été Philippe Pasqua mais là il faut "approfondir" : il se situe dans la lignée de Bacon (que je déteste) et est déjà annoncé comme l'un des artistes français majeur du 21 ième siècle mais comme d'hab à l'étranger ...

mercredi 6 avril 2011

la place saint Sulpice libérée

Enfin cette place est rendue aux promeneurs, cela faisait des années qu'elle était envahie par les échafaudages pour les graves problèmes de l'église Saint Sulpice qui menacait de s'effondrer!
Sur cette place il y a l'un de mes cafés favoris, le café de la Mairie d'où l'on va enfin profiter de la vue sur la fontaine totalement kitsch

avant d'aller faire un tour dans la rue éponyme (rue Saint Sulpice, rue de l'année 2011) où Carven a ouvert sa première boutique version Guillaume Henry.

lundi 4 avril 2011

les rayures toujours

Les rayures sont partout et sortent du bleu/blanc marin pour s'inscrire dans la tendance "couleurs pop" de ce printemps

En voyant ce T shirt chez H & M, je n'ai pas pu résister d'autant que son prix (9.95 euros) n'incitait pas à se poser des questions métaphysiques.

J'ai ressorti les sac "Un Jour, Un Sac" dont j'adore les couleurs

et l'écharpe Epice de l'an passé pile poil aux couleurs vert-jaune-rose du Printemps

vendredi 1 avril 2011

KEES VAN DONGEN

"Vivre est le plus beau tableau : le reste n'est que peinture " Kees van Dongen


Je dois avoir un "destin" avec Kees van Dongen, "fauve, anarchiste et mondain" comme le définit le document de l'exposition sur ce peintre qui a lieu au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris.

En effet, il y a 4/5 ans j'avais vu une expo sur lui à Monaco. Il y est mort en 1968 et la Principauté envisage la création d'un musée van Dongen : elle était magnifique.
Nous étions seuls dans les salles, en plein mois de juillet la culture ne faisait pas recette à Monaco, seule incursion un couple très bling bling disant "oh cela fait drôle de la voir ailleurs que dans notre salon" (comprendre qu'ils étaient propriétaire d'une des toiles exposées!)

Puis à Rotterdam, cet hiver en pleine tourmente de neige, l'expo phare au Muséem Boljmans van beunigen (j'ai un copain dont il est le peintre préféré) donc à Rotterdam ville où il est né en 1877.
Vous rentriez dans ce superbe musée et dans une pièce immense, vous en preniez plein la vue avec les œuvres phare de ce peintre de la couleur.


Mais le gag c'est que nous ne savions pas que l'expo devait ensuite venir à Paris (léa, tu peux rire en te rappelant comment je l'ai appris!).
Donc depuis une semaine, Paris où il a vécu une grande partie de sa vie et la boucle est bouclée.
Honnêtement je suis un peu déçue. Comme quoi l'accrochage peut tout changer. On retrouve la majeure partie des œuvres déjà vues mais dans des pièces petites, souvent basses de plafond, sur un mur gris terne et "absorbeur de couleurs".
Bien sur je ne regrette pas d'y être allée et allez y aussi ...Le plus par contre est le coté didactique l'expo balaye de 1895 à 1930 avec toutes les étapes de son parcours personnel et artistique.

Lors d' un séjour au Maroc
et en Espagne, il a flashé sur les couleurs des châles des femmes.

Le couturier POIRET dont il devint trés proche éprouvait comme lui une fascination pour les étoffes rares et les motifs colorés. Sa deuxième femme, Jasmy, avec qui il vécut une vie trés mondaine était la directrice commerciale de la maison de couture Jenny. Les portraits de femmes qu'elles soient prostitués, femmes du monde-jet set, danseuses, à la fin de l'expo sont la signature d'une œuvre d'un peintre trés connu avant la seconde guerre mais beaucoup moins ensuite. Cet anarchiste avait fait le voyage des artistes dans l'Allemagne du Reich, on le lui a sans doute jamais pardonné.